J’ai l’impression que cela a été fait déjà mille fois mais il est important de le partager aussi ici car encore aujourd’hui il y a beaucoup d’incompréhension et je reçois souvent des questions.

Je n’aime pas les étiquettes mais afin que tout le monde parle le même langage, mettons-nous d’accord sur le vocabulaire !

Végétarien, vegan, végane, végétalien … entre le français, l’anglais on s’y perd un peu sur les bons termes à adopter !

Le terme anglais vegan est à mon sens utilisé beaucoup à tort en France. Je vois beaucoup de profils soit-disant «vegan» prônant juste une alimentation végétale. En français nous avons deux mots bien distincts (autant les utiliser) : on peut être végétalien ou végane, et contrairement à ce que beaucoup peuvent croire : il y a une différence !

Mais concentrons-nous tout d’abord sur le végétarisme et ses déclinaisons. Car oui, il y a plusieurs manières de vivre le végétarisme.

Un jour, en discutant autour d’une table avec des amis, ces derniers me demandent au sujet de mon végétarisme si je consomme quand même du poisson :

«-Ah non non non, pas de viande…donc pas de poisson !

-Aah donc tu es végétalienne !»

Hé non ! Raté !

Être végétarien c’est ne pas manger de viande : qu’elle vienne de la terre ou de la mer.

Mais changer ses habitudes alimentaires n’est pas simple et il n’est pas évident pour tout le monde de passer de l’un à l’autre sans transition ou sans difficulté : chacun évoluant à son propre rythme.

Les pesco-végétariens retirent de leur alimentation toute viande terrestre mais continuent de manger des animaux marins. C’est généralement le premier pas vers le végétarisme. Nous sommes nombreux à être passés par cette phase car elle rassure nos proches, facilite nos sorties aux restaurants et apaise facilement les débats.

Pour les mêmes raisons que celles citées au-dessus, certains decident d’être flexi-végétariens :  ils sont végétariens, leur frigo est végétarien, leur panier de courses l’est également, ils sont sensibles à la cause animale mais une fois hors de chez eux (chez des amis, au restaurant…) sans plats végétariens au menu, ils ne feront pas «les difficiles» et mangeront viande ou poisson.

Le végétarien lambda qui consomme oeufs et produits laitiers est appelé est ovo-lacto-végétarien. Tu peux ensuite être ovo-vegetarien ou lacto-vegetarien, autrement dit tu consommeras dans ton régime végétarien respectivement des oeufs ou des produits laitiers. Cela peut faciliter un passage vers une alimentation végétalienne (ou tout simplement correspondre aux personnes allergiques ou ayant des intolérances alimentaires).

Le mot vegan est un mot anglais qu’on prononce, avec son bel accent, « vi-gane »  (et non « vé-gant » comme je l’entends parfois !), ce mot regroupe et les végétaliens et les véganes. Etre végétalien et être végane, ce n’est pas exactement la même chose, d’où l’intérêt à mon avis, d’utiliser de préférence le français.

Le végétalien ne mange aucun produit d’origine animale : pas de viande, pas de produits laitiers, pas d’oeufs…son végétalisme ne concerne QUE son assiette. Une personne végétalienne n’aura donc pas de soucis pour porter du cuir, visiter un zoo, utiliser des produits cosmétiques non-testés sur les animaux…

Un végane est une personne militante et affiche son engagement dans son assiette mais aussi dans son quotidien. Ce sont des raisons avant morales et éthiques qui l’on poussaient à refuser l’exploitation des animaux sous toute ses formes.

«Le véganisme n’est pas un régime alimentaire. C’est un mouvement social qui mérite d’être mieux connu. C’est un mouvement de résistance à l’oppression dont sont victimes les animaux que nous exploitons pour leur viande, leur laiT ou leur fourrure.

Comment le définir simplement ? Ce n’est pas non plus tout à fait le végétalisme qui désigne un régime alimentaire sans produits animaux. En fait, au-delà de l’assiette, le véganisme cherche aussi à lutter contre toutes les formes d’exploitation et de souffrance animales : cuir, fourrure, tests médicaux, divertissement (corrida, zoo), abandon et maltraitance des animaux de compagnie, etc. Autrement dit, alors qu’on peut être végétalien pour de simples raisons de santé personnelle, on est toujours végane pour des raisons politiques et morales»

Martin Gibert, Voir son steak comme un animal mort

(photos de mon compte foodie Instagram  @whatmaryeats )

J’ai tellement envie de rajouter plein d’éléments, de te donner mon avis, d’aller un peu loin et de parler d’anti-specisme mais on perdrait l’intérêt premier de cet article qui se veut d’expliquer simplement les choses. Donc, oui, il y aura d’autres articles sur la cause animale. Je te prépare d’ailleurs un petit article regroupant diverses sources de documentation sur le sujet car beaucoup de lecteurs, d’amis, de proches viennent me demander conseil. Je ne suis pas une experte mais je me documente beaucoup donc autant partager ce que je trouve.

Dans le prochaine article on restera dans le thème veggie mais avec une nouvelle rubrique et j’ai vraiment VRAIMENT hâte de t’en dire plus !

En ce moment, j’écoute (parce que Noël c’est bientôt) :

Publicités

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s